BLOGUE

Connaissez-vous la "physio passive"?



Récemment, ma pouliche a subi une double chirurgie orthopédique, et on lui a prescrit une période de convalescence en boxe strict de plusieurs mois 😔 Ceux qui me connaissent savent à quel point ceci est une « punition » dans mon univers et celui de mes animaux! Mais comment conserver notre santé mentale et physique, pendant un confinement aussi long?


Comme il y a toujours "du bon qui sort du mauvais", j'ai fait plusieurs recherches pour essayer de minimiser les effets négatifs de l'immobilité, et j’ai appris qu’il existait une forme de « physiothérapie passive », qui n'implique pas de mouvement pour le cheval ni beaucoup de temps/investissement de ma part... Cette approche, proposée par Sharon May Davis, est d’ailleurs inspirée des comportements naturels des chevaux sauvages. Me voilà intéressée!


Mais de quoi s’agit-il? C’est tout simplement de varier les positions d’alimentation, pour solliciter différentes chaines musculaires. Eh oui, c’est tout simple, mais hyper efficace!


En effet, dans la nature, les chevaux se déplacent pour manger pendant 16h par jour (minimum!). Or, une partie de ce temps d'alimentation (20%) se fait dans des positions variées, avec la tête plus ou moins en l’air et en fournissant un certain effort (par exemple, en agrippant les feuilles des arbres, en explorant les buissons, en broutant sur des terrains en pente, etc.). Ceci contribue grandement au développement et au maintien de la santé musculo-squelettique, et l’impact est significatif, notamment au niveau de la symétrie et de la souplesse globale!


Je savais déjà que le cheval « au naturel » passe la majorité de son temps à se déplacer pour brouter avec la tête au sol…. Et que ce mouvement est extrêmement important pour l’usure normale des dents, aussi pour éviter qu’il se positionne toujours avec la même patte devant pour manger – ce qui crée une asymétrie de posture et un « syndrome hi-low » visible au niveau des sabots. Mais, ce qui est nouveau pour moi, c’est d’apprendre que le cheval sauvage passe près de 20% de son temps (au moins 3h!) à mastiquer dans des positions variées, ce qui est beaucoup plus que je n’aurais imaginé!


Puisque la majorité des chevaux domestiques n’ont pas vraiment le choix ni la liberté de mouvement, sachez qu’il est possible d’imiter les postures naturelles et d'en tirer les bénéfices, en variant l’endroit où sont servis les aliments (tout en respectant le ratio 80:20). Voici donc quelques idées simples, qui sont facilement réalisables dans différents contextes:


1- Nourrir en hauteur


L'emplacement doit être suffisamment élevé pour créer un changement d’équilibre du cheval, et qu'il se positionne « carré » avec ses antérieurs. ****ATTENTION : dans cette position, les voies respiratoires sont ouvertes. Si on utilise du foin, il doit être exempt de poussière (trempé idéalement).


2- Nourrir dans une pente



3- Nourrir de l’autre côté d'une cloture avec ou sans angle de terrain


* photo tirée du site https://footloosehooves.co.uk/2019/01/variable-feeding-positions/ *

*image tirée du site https://www.jessicalimpkin.co.uk/jessica-limpkin-equine-massage-blog/variable-feeding-positions-passive-physio-in-action


4) Varier la hauteur des filets


* image tirée du site https://www.equinephysicaltherapist.co.uk/blog/variable-feeding-positions


5- D'autres idées ici pour varier les terrains, textures... La clé est la VARIÉTÉ!


Enfin, si vous voulez d'autres idées d'exercices à faire au boxe pour tirer profit du confinement, voici un vidéo que j'ai réalisé avec nos séances quotidiennes


Voilà! J’espère que cette information vous sera utile et vous permettra d'améliorer la qualité de vie de vos chevaux, qu'ils soient confinés ou non! C'est le temps d'être créatif!


222 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout